Au départ, je pensais poster ce week end. Et puis, il y eut cette abomination ; toute cette horreur ; une incompréhension...

Comment avoir envie après cela de venir ici parler crochet, couture ou autre ? Comment imaginer que ce que je produis puisse avoir le moindre intérêt quand des gens meurent sous les attaques de terroristes ?

Et puis, passés ces trois jours de deuil, j'ai décidé de considérer les choses autrement : je n'ai pas la prétention de penser que mes productions ont un quelconque intérêt, hormis celui que l'on veut bien lui accorder ; par contre, j'ai la chance de vivre dans un pays où je jouis de libertés telles que je peux avoir le luxe de me préoccuper de futilités ; où je peux produire des objets pour mes enfants ; parce que mes filles ont la chance de vivre dans ce pays où être enfant ne se résume pas à apprendre à manier un fusil ou à cultiver sa haine de l'autre. Où l'on peut s'entourer de choses douces, de petites attentions, de choses inutiles...

Alors, oui, une licorne au crochet n'apaisera pas la douleur des événements passés. Mais cette futilité de mère libre, ce souhait d'un enfant libre d'avoir cette licorne me montrent à quel point nous sommes chanceux d'avoir le droit de nous amuser, d'avoir l'esprit libre.

A une époque où des hommes sont prêts à se faire sauter pour faire le plus grand nombre de victimes autour d'eux, et bien moi, je crochète une licorne ; c'est MA liberté ; c'est MON confort (et j'ai même envie de rajouter - veuillez éloigner les enfants du PC - : BORDEL DE MERDE !) . Pouvoir me préoccuper du plaisir de mes enfants car je sais que leur sécurité matérielle et vitale leur est déjà assurée est un privilège.

DSC_0161

Modèle trouvé sur Pinterest (je ne me souviens plus du nom du site - mais si vous le voulez, je chercherai) - Laine Paris de Drops

DSC_0149

DSC_0150

DSC_0152

Elle est bancale, un peu biscornue, mais elle a été rêvée et espérée par ma grande Poulette...et elle l'adore ! C'est tout ce qui m'importe....